Our Blog

All the latest news from Madagasikara Voakajy, the Malagasy biodiversity organisation dedicated to the conservation of endemic vertebrates and their habitats in Madagascar.

L’Aire Protégée (AP) Ampotaka-Ankorabe est l’une des APs gérée par Madagasikara Voakajy (MV) dans la Région Alaotra Mangoro. Cette AP est localisée dans la Commune Rurale Antandrokomby, District Anosibe An’Ala. C’est une AP isolée, en effet, pour y accéder, le trajet Moramanga-Anosibe An’Ala (71km) dont la route est en très mauvais état se fait par moto entre 6-8 heures de temps selon la saison. Puis, un autre trajet en moto se fait entre Anosibe An’Ala et Ambohitsara durant environ 3 heures de temps. Ensuite, on traverse la rivière Mangoro en pirogue (2-3heures) suivi d’une marche à pied de 1 heure pour accéder la Commune Antandrokomby. Enfin un trajet à pieds de 2 heures se fait entre Antandrokomby et Ankorabe. Elle a une superficie de 97ha, classée en catégorie V de l’IUCN et elle est l’oasis des espèces menacées incluant l’espèce de caméléon Calumma Tarzan (CR) et l’espèce de chauve-souris Eidolon dupreanum (VU).

The Indri (Indri indri) and Diademed Sifaka (Propithecus diadema) are among the largest lemurs of Madagascar. Both are listed Critically Endangered on the IUCN Red List (Version 3.1) due to predicted population decline by 80% in the next 36-45 years caused by habitat loss and degradation and increasing hunting pressures. If Madagascar loses its lemurs, the country is likely to lose a major proportion of its income from ecotourism, while missing key ecosystem services provided by lemurs and their forest habitat. It is therefore urgent to save the lemurs from extinction.

La chauve-souris frugivore Pteropus rufus est notre espèce cible dans le District Ambatondrazaka, Région Alaotra-Mangoro. C’est une espèce Vulnérable sur la Liste Rouge de l’UICN. Le déclin de sa population est causé par la chasse pour la consommation et la perte de son habitat: les gites et les sites d’alimentation. A Ambatondrazaka, quatre aires protégées ont été créées en 2015 pour préserver les colonies de P. rufus qui s’y gitent. Notre défi est de démontrer que la conservation de cette espèce et son habitat généré des bénéfices directs et indirects pour la population.

Page 11 of 32